Giovanni Simeone : va, vis et de rien

Giovanni Simeone : va, vis et de rien

3 mai 2022 0 Par Nicolas Basse

L’attaquant argentin Giovanni Simeone s’éclate et va boucler sa saison la plus accomplie. Un rebond au meilleur moment pour le buteur de 26 ans, qui aura bien profité au Hellas Vérone.


Il faut remonter à 2015 pour trouver les premières mentions de Giovanni Simeone dans la presse européenne. D’abord, on sourit du début de carrière du fils de Diego Simeone, 108 sélections avec l’Argentine, milieu rugueux de l’Atlético, l’Inter ou encore la Lazio, devenu un entraîneur de classe mondiale chez les Colchoneros.


Puis c’est le talent qui fait couler de l’encre. Formé à River Plate, « Gio » commence à faire parler de lui lors du championnat 2015 de la CONMEBOL U20 avec l’Argentine, vainqueure de l’édition. Alors âgé de 19 ans, le pur buteur marque neuf buts en neuf rencontres, terminant de loin meilleur marqueur de la compétition.


Explosion en Serie A


En parallèle, prêté par River à Banfield, il inscrit sept réalisations dans le championnat argentin, prouvant son talent de renard des surfaces.

La suite, on la connait bien. En 2016, le Genoa lâche 5 millions pour le faire venir en Italie, terre que connait bien son père, où il inscrit directement 12 buts. La Fiorentina pose 17 millions dans la foulée pour deux saisons plutôt positives (14 puis seulement 6 pions) avant qu’il ne parte (pour 13 millions) faire, un temps, le bonheur de Cagliari.

En Sardaigne, Simeone n’est plus une surprise mais un jeune qui a déjà prouvé et se voit attendu par les adversaires, les observateurs et son club. 12 buts en 2019-2020, puis une année 2020-2021 décevante, conclue avec un petit total de 6 réalisations.


Il est libre, Giovanni


Avant la fin du mercato d’été 2021, le club sarde décide de miser sur João Pedro, Leonardo Pavoletti et Keita Baldé, et prête Simeone au Hellas Vérone.

À 26 ans, le buteur s’est débarrassé depuis longtemps de la pression liée à son nom de famille. Oui, il est le fils du Cholo, oui il est très proche de son père et lui demande souvent son avis. Oui, il a passé une partie du confinement du côté de Madrid pour perfectionner son sens tactique en regardant des vidéos de matches et d’entraînement avec Diego. Oui, c’est en voyant son père qu’il est devenu footballeur.

Giovanni assume et se fait une force de cette ambivalence : un père proche, influent, mais dont il a réussi à se démarquer. Il faut aussi dire que, depuis 2015 et ses premiers faits d’armes, il n’est plus le seul Simeone junior. Gianluca, 23 ans, jongle entre la deuxième et la troisième division espagnole pendant que Giuliano, 19 ans, évolue avec l’Atlético de Madrid B.

Désormais surnommé « Cholito » en Italie, Giovanni annonce la couleur au début de la saison 2021-2022 : « Je me suis énormément préparé pour cette saison, et j’ai confiance en moi, comme dans l’équipe ».


Quadruplé historique


Simeone ne déçoit pas en Vénétie. À partir de l’arrivée d’Igor Tudor sur le banc en septembre 2021, la machine se met en route. Un but fin septembre, un début octobre et ce quadruplé historique contre la Lazio (désolé papa) le 25 octobre. Giovanni passe la trêve hivernale avec 12 buts au compteur, à deux unités de son meilleur total en Serie A.

En 13 matches (au 3 mai) joués en 2022, le buteur marque le pas avec seulement quatre réalisations, dont un triplé contre Venise. Si l’Argentin se montre plus discret, le Hellas Vérone n’en souffre pas. Seulement quatre défaites en 2022 pour huit victoires et quatre nuls, avec Caprari, Barak ou encore Tameze pour assurer.

Neuf mois après le début de son prêt, qui touchera à sa fin en juillet, le bilan est assez clair. Giovanni Simeone s’est totalement relancé avec 16 buts en 35 journées. Le Hellas Vérone, ayant très bien senti le coup en misant sur l’Argentin, aura pleinement profité de ses services pour terminer une troisième fois de suite dans la première partie de tableau du championnat. Le perdant de l’opération ? Cagliari, 17e, quatrième pire attaque de Serie A et pas encore certain de se maintenir.


Le grand monde ?


Cet été, Giovanni Simeone aura 27 ans. Très jeune, surtout pour un renard des surfaces, qui peut encore largement se bonifier. Que Cagliari se maintienne ou non, il semble évident que l’Argentin n’y posera ses valises que quelques semaines cet été pour son retour de prêt avant de quitter la Sardaigne vers un gros défi.

En Serie A, où il a fait toutes ses classes depuis 2016 ? En Espagne, pour suivre les influences de son père ? Simeone s’est déjà fait un prénom et pourrait, enfin, intégrer une équipe de très haut niveau. Lui restera encore à prouver qu’un « fils de » peut mener une carrière encore meilleure que son père.


À lire aussi :


Photo Icon Sport