Warner Bros contre Parme et « Superman » Buffon

Warner Bros contre Parme et « Superman » Buffon

29 avril 2022 1 Par Nicolas Basse

La Warner Bros a réclamé 15 000 euros à Parme. La raison ? L’utilisation du symbole Superman pour évoquer Gigi Buffon.


Superman a donc un ennemi aussi mortel que la Kryptonite : les droits d’image.

À l’été 2021, le légendaire gardien italien Gianluigi Buffon est retourné à Parme, son club formateur, 20 ans après l’avoir quitté.

Le retour du héros

Là où Gigi avait explosé de 1995 à 2001, il a décidé de, vraisemblablement, revenir y terminer sa carrière, après un deuxième passage plus discret à la Juventus de 2019 à 2021.


À 44 ans, le portier réalise en Serie B une saison très correcte en tant que titulaire, avec quelques sauvetages miraculeux mais aussi des bourdes, dont une belle fin avril. Parme est dans le ventre mou du classement, ne descendra pas, mais ne remontera pas non plus. Et si les Gialloblù figurent dans le Top 10 de équipes avec le moins de buts encaissés, Buffon n’aura pas suffi pour espérer plus qu’une nouvelle saison en Serie B.


Propriété intellectuelle


Pour le retour du champion du monde en Émilie-Romagne en juin 2021, le club parmesan avait décidé de jouer la carte super-héros en ravivant son surnom, « Superman ». Et en mettant en scène sa signature dans une vidéo digne d’un trailer hollywoodien, avec utilisation du logo Superman et autres hashtags renvoyant à des titres de films sur Clark Kent.


Mauvaise surprise quelques mois après : la maison de production Warner Bros, détentrice des droits de Superman, a contesté l’utilisation de ces symboles sans son autorisation. Un accord a été trouvé entre le club et la société pour oublier l’affaire : 15 000 euros et l’effacement des vidéos et publications utilisant ces images.

Un incident clos, donc, et surtout une bonne dose de rappel pour les clubs quant aux enflammades sur l’utilisation de références liées à la culture de masse.


À lire aussi :


Photo Icon Sport