Soirée intériste

Soirée intériste

24 avril 2016 2 Par SAMA

Samedi 16 avril, nous étions à San Siro pour assister au match Inter Milan-Napoli. Nous avons pris quelques photos…

Le coup d’envoi du choc étant programmé à 20h45, nous décidons d’arriver dès 18h, histoire de palper l’atmosphère. Ce qui s’impose surtout à nous, c’est la stade. Massif, brut, gigantesque, San Siro, Giuseppe Meazza. Un monument.

Capacité, 81 000 places. Photo Nicolas Basse

Problème : notre billet est “trop tordu” et impossible à valider en portique. Résultat ? Trois tours de stade et trimbalé par les stadiers à toutes les portes possibles et imaginables pour chercher un responsable jamais trouvé…

On a cru ne jamais pouvoir rentrer… Photo Nicolas Basse

Finalement, grâce à Andrea, les portes s’ouvrent. Secteur 235, rangée 3, place 87. Devant nous, un grand-père, venu seul, teste la résistance de ses ballons. Professionnel.

“Tu vois, le secret, c’est de bien coincer la valve”/Photo Nicolas Basse

Juste à coté de lui, deux tout jeunes fans. L’un revêtu du maillot de l’idole Javier Zanetti, l’autre muni d’un sac contenant une banderole, agitée quelques minutes plus tard. Les anciens apprécient : la relève est assurée.

Zanetti à jamais/ Photo Nicolas Basse

Comme de l’extérieur, l’enceinte est grandiose. Elle respire l’histoire, les frissons. Bien que le toit ne soit pas fermé, un sentiment de chaleur et de bien-être conquiert ses hôtes.

Photo Nicolas Basse

Vient l’entrée des joueurs. Entre les deux virages, c’est la guerre. Les intéristes chantent en l’honneur du Vésuve et lui implorent de se réveiller pour engloutir Naples. Ce qui a de quoi en choquer certains… Mais bon, c’est aussi ça le football Italien, des taquineries régionales.

Napolitain en zone intériste/Photo Nicolas Basse

Pour d’autres c’est surtout l’occasion de réviser les paroles et les bases. Ce papa prend le temps d’expliquer à son fils que le “Vésuve est un volcan près de Naples qui a déjà fait des ravages dans l’antiquité. Mais là, le chant, c’est pour rire”. On est soulagés…

“Vesuvio…”/Photo Nicolas Basse

8 rangs seulement derrière nous, blond et inquiet, Paul Focki, rédacteur intériste sur Calciomio, venu faire goûter sa passion à sa fiancée. Après l’ouverture du score du capitaine Icardi, il va se détendre. Un peu.

Paul Focki n’y croit pas, l’Inter gagne

Début de seconde mi-temps, 2-0 pour l’Inter, par Brozovic. Les supporters exultent, nous aussi. L’ambiance est folle, notre voisine de derrière nous perce le tympan. Pas grave, on apprécie.

Plus de 59 000 spectateurs, seul le “ring” du haut est vide/ Photo Nicolas Basse

Coup de sifflet final. Les intéristes s’étant fait à l’idée de la victoire depuis plus de 15 minutes, l’euphorie est feutrée. Avant même de quitter le stade, notre décision est prise. On reviendra. Très vite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Stade Giuseppe Meazza, 16 avril 2016, 22h30/Photo Nicolas Basse