Le match : Spalletti vs Garcia

Le match : Spalletti vs Garcia

14 janvier 2016 2 Par SAMA

Depuis deux jours, les supporters de l’AS Roma sont aux anges : Rudi Garcia part et Luciano Spalletti revient. Dans leur (excès d’) engouement, ils voient même cette arrivée faire trembler Zidane, entraîneur du Real Madrid et adversaire de la Roma en 8èmes de finale de Ligue des Champions. Alors, enthousiasme justifié ou mémoire courte ? Réponses avec ce duel en 6 points.

  • Parcours Européen

En 4 saisons, Luciano Spalletti emmène deux fois son équipe en quarts de finale de la Ligue des Champions, une fois en 8èmes et une fois en 8ème de finale de l’UEFA. Dans la compétition reine, son parcours est deux fois stoppé par Manchester United, avec une claque 7-1 infligée par les Mancuniens en 2007. Pour sa première saison en 2013-2014, Rudi Garcia et l’AS Roma ne sont qualifiés pour aucune compétition Européenne. L’année suivante, ils échouent à la 3ème place de leur groupe de LDC (derrière le Bayern Munich et Man City), essuyant notamment un cinglant 7-1 des Munichois. Leur parcours en Europa League s’arrête en 8èmes de finale à cause d’une Fiorentina survoltée. Cette année, Rudi Garcia qualifie la Roma en 8èmes de finale de Ligue des Champions mais ne sera pas sur le banc pour affronter le Real Madrid.

                                                Avantage Spalletti garcia

  • Concurrence

Quand Spalletti arrive à la Roma, la guerre entre l’Inter et la Juventus fait rage sur la scène nationale. Seulement, l’année suivante, la Juventus est administrativement reléguée en Serie B et seule reste l’Inter. Si les 4 saisons de Spalletti sont marquées par la supériorité de l’Inter qui rafle tout, les prétendants au titre ne sont pas légion : un AC Milan très investi en Europe, une Fiorentina instable et une Juventus sur le retour en 2007 mais affaiblie. Pour Rudi Garcia, la donne n’est plus la même : la Juventus domine allègrement le Calcio, l’ennemi Laziale se réveille, la Fiorentina est de plus en plus solide, Naples de retour au premier plan grâce à Higuain, le Torino joue les trouble-fêtes, l’Inter se refait une beauté avec Mancini et les plus petits clubs envoient du beau jeu.

Avantage Garcia    

  • Moyens

Le 11 de Garcia en 2015

Le 11 de Spalletti en 2006

Sous la direction de Rosella Sensi, Spalletti doit faire avec un
effectif qui ne s’enrichit pas. À part Mexès, De Rossi et un Totti au top de sa forme, le reste est bon, sans plus, et le banc ne fait pas très envie. Lorsque Garcia prend les rênes de l’équipe, ce n’est plus Sensi mais l’Américain James Pallotta aux commandes. Avec Benatia, Maicon, Strootman, Gervinho, Ljajic, Keita et plus tard Iturbe, Doumbia, Digne, Rudiger, Salah ou Dzeko, les dirigeants réalisent de bon coup et sortent leur portefeuille pour offrir au Français une équipe compétitive. Cela ne suffira pas à Garcia pour faire mieux que Spalletti, qui aura fait au moins aussi bien avec les moyens du bord.

Avantage Spalletti garcia

  • Statistiques

En 224 matchs avec l’AS Roma, Luciano Spalletti a obtenu une moyenne par match de 1,86 points pris, 1,89 buts marqués, 1,22 buts encaissés et une moyenne de 53,9% de victoire. Pour Rudi Garcia, ces chiffres s’élèvent à 1,85 points pris, 1,64 buts marqués, 1,07 encaissés et une moyenne de 56,8% de victoires. Jokers de Rudi : il a établi le record Italien de victoires consécutives en début de saison en Serie A avec ses 10 succès en 2013-2014, a obtenu le record de points de l’AS Roma en championnat (85) et affiche une possession moyenne de 58,7% en Serie A.

Avantage Rudi Garcia 

  • Style

Difficile de départager les deux tant leurs profils sont différents. En Italien habitué de la Serie A, Spalletti gigote, lâche des phrases qui ravissent la presse et dégage en même temps une forme de sérénité dans ses costumes toujours un peu trop grands. Pour Rudi Garcia, l’arrivée dans la Botte est spéciale puisque quasiment inconnu du grand public, affublé du peu flatteur surnom “Sergent Garcia” et ne connaissant pas la langue. En quelques semaines, il se débrouille en conférence de presse et se fond à la mentalité Italienne, faite de soif de vaincre, d’honneur et de rivalités. Tellement que beaucoup le trouvent trop arrogant, prétentieux ou agressif. Niveau vestimentaire, rien à dire (peut-être trop sobre) et mention spéciale à ses propos après avoir été limogé “Rappelez-vous : On aime la Roma sans se poser de question et moi, je l’aime”.

Avantage Spalletti garcia

  • Avant/Après

Quand Spalletti arrive en 2005 à la Roma, le club sort d’une piteuse 8ème place en championnat. Après trois saisons de haut niveau sur le podium (3 fois second) et deux Coupes d’Italie dans la besace, son club échoue à la 6ème place de Serie A en 2008-2009. À l’orée de la saison suivante, l’Italien démissionne, fatigué de voir la direction ne lui accorder aucun moyen pour être plus ambitieux. Quant à Rudi Garcia, il reprend une Roma arrivée 6ème en 2012-2013, coulée par Zeman et sauvée avec les moyens du bord par Andreazzoli en cours de saison. Avec deux très belles secondes places et une qualification en 8ème de finale de LDC cette année, il aura réussi à remettre le club sur le devant de la scène Italienne avant de se faire limoger.

Avantage Spalletti garcia

  • Conclusion

Luciano Spalletti remporte ce duel grâce à ses deux Coupes d’Italie, ses moyens plus modestes que Garcia et de jolis parcours Européens. S’il est battu, Rudi Garcia pourra se targuer d’avoir fait face à une concurrence plus relevée que son prédécesseur, d’avoir remis le club au rang qui est le sien et d’avoir su s’adapter à un championnat très hermétique aux entraîneurs étrangers.

Spalletti et la Coppa