Le procès de Juan Iturbe

Le procès de Juan Iturbe

1 février 2017 0 Par SAMA

Dans un élan de passion, L’Equipe a publié “le procès de Blaise Matuidi”, article expliquant que le milieu de terrain est bon parce qu’il court, osant même le comparer à N’Golo Kanté. Jaloux de leur subjectivité et de leur niveau de mauvaise foi, nous avons décidé de prendre la défense de… Juan Iturbe.

Iturbe au Torino. Loris Roselli / NurPhoto

Son déchet technique

L’accusation : passé par River Plate et le FC Porto, l’ailier Paraguayen a un CV laissant espérer voir un feu-follet. Problème, depuis son arrivée à la Roma, il rate beaucoup de gestes compliqués, semble limité techniquement et déçoit. Au milieu d’un effectif qui sait caresser le cuir (Totti, Salah, Perotti, El Shaarawy), Iturbe est en-dessous. Même pour les passes, il a du mal, puisqu’il en manque au moins 6 par match, tourne à moins de 80% de passes réussies et moins d’une passe longue sur 3 réussie !

Parole à la défense : oui, Juan Iturbe a des statistiques peu flatteuses. Un constat parfaitement logique quand on connait la prise de risque que nécessite son poste. D’ailleurs, quelqu’un a vérifié les ballons perdus de Cuadrado ou Mertens ? Non. En regardant les chiffres sous un angle différent, on peut même dire qu’Iturbe connait ses limites. La preuve ? Il touche peu de ballons, joue peu et, proportionnellement, en perd donc moins que les autres. Et la modestie, c’est la première qualité d’un grand joueur.

Ses carences tactiques

L’accusation : Juan Iturbe a tendance à courir partout, tête baissée, à s’empaler dans les défenses adverses, à ne pas faire les bonnes dernières passes et à défendre n’importe comment. Une dépense d’efforts souvent inutile qui pénalise l’équipe et exaspère les supporters. Sur son coté, droit ou gauche, il n’influence pas beaucoup le collectif et se limite au rôle d’électron libre inefficace.

Parole à la défense : là encore, on critique Iturbe pour sa principale qualité : son énergie. Comme Salah, son principal objectif consiste à remonter les ballons à toute vitesse et d’effectuer un pressing lorsqu’il n’a pas la balle. Drôle de procès que de reprocher à un ailier son activité ! Il ne pas oublier également que lors de sa belle saison à l’Hellas Vérone (8 buts, 4 passes décisives), le Paraguayen avait le statut de titulaire indiscutable, qu’il a perdu en arrivant à l’AS Roma. Un changement de situation qui a pu le perturber et lui faire perdre confiance en lui.

Il n’est pas décisif

L’accusation : le dernier but de Juan Iturbe remonte à plus de six mois et sa dernière passe décisive à la saison 2014-2015. Près de la surface de réparation, ses tirs ne provoquent aucun danger et Iturbe ne trouve pas ses partenaires. Un gros problème pour un ailier sensé faire la différence à tout moment.

Parole à la défense : le fait qu’un milieu de terrain offensif n’ayant joué que 23 matchs depuis un an et demi soit peu décisif mérite-t-il tant d’accusations ? Bien sûr que non ! C’est surtout sa saison à l’Hellas Vérone qui sortait de la norme. Iturbe a simplement retrouvé son niveau habituel. Et pour ceux qui se moquent de la vidéo où il dévisse totalement contre l’AC Milan, rappel : il est sur son mauvais pied, le droit. Alors ça va.