L’équipe type des joueurs à vendre en Chine

L’équipe type des joueurs à vendre en Chine

6 janvier 2017 1 Par SAMA

À grands coups de millions, les clubs chinois attirent des joueurs évoluant en Europe. L’occasion pour les clubs italiens de se séparer de quelques joueurs et de gonfler leur portefeuille, quitte à modifier un peu leur biographie.

Une dernière folle aventure pour Cassano ? VINCENZO PINTO / AFP

Dans le troisième plus grand pays du monde, le culture du foot, encore à ses débuts, connait un soubresaut. Depuis plus d’un an, les clubs chinois se constituent des effectifs compétitifs, avec des entraîneurs de renom (Cannavaro, Seedorf, Villas-Boas, Perrin, Lippi) et des joueurs connus (Oscar, Tevez, Gervinho, Lavezzi, Hulk, Ramires, Guarin, Mbia…). Proposant des salaires mirobolants et des offres impossibles à refuser, les équipes de la Chinese Super League sont peu regardantes sur les chiffres. Voilà pourquoi plusieurs équipes italiennes devraient saisir leur chance pour renflouer leurs caisses en se délestant de joueurs encombrants, qui pourraient profiter d’une fin de carrière dorée et d’une aventure folle.

José Reina/25 millions

Apprécié à Naples, l’Espagnol aux 34 ans et 34 sélections a fait son temps en Italie. D’ailleurs, le club cherche à le remplacer par un portier meilleur et plus jeune. Avec une carte de visite mentionnant des passages à Liverpool, à Villareal, à Barcelone, au Bayern Munich et à Naples, Reina a tout pour attirer l’œil de la Chinese Super League. Et de quoi négocier un salaire au moins trois fois plus élevé qu’en Italie.

Thomas Vermaelen/30 millions

Arsenal, FC Barcelone, AS Roma, grand espoir du football belge… Si on passe sous silence ses 6 dernières années durant lesquelles il aura joué moins de 60 matchs et blessé plus de 5 partenaires, le gaucher a un profil séduisant. Pour pouvoir le vendre 30 millions d’euros, la Roma a intérêt à lever l’option d’achat d’un peu plus de 10 millions fixée par le Barça, auquel le joueur appartient encore pour l’instant.

Wallace/25 millions

À part avoir définitivement offert le derby romain à l’AS Roma et quelques erreurs récurrentes, le joueur de la Lazio n’a rien à se reprocher. Jeune espoir lâché par Braga et Monaco, Wallace fait partie des grands incompris. Trop en avance pour l’Europe, un changement de continent pourrait lui être salutaire, tout comme à la Lazio si elle compte continuer sa belle saison.

Andrea Ranocchia/30 millions

Bouc-émissaire depuis plusieurs années des supporters de l’Inter Milan, l’international italien a pour l’instant pris sur lui. Mais pas sûr qu’un offre exorbitante venue de Chine ne lui fasse pas ravaler sa fidélité et son sang froid. Une offre sur laquelle les dirigeants de l’Inter sauteraient. On imagine déjà les scènes de liesses à Milan, comparables à la Libération de la France en 1945.

Hernanes/35 millions

Deux pieds, international brésilien, “Prophète”, esthète, tireur de coups-francs… Hernanes a exactement le profil pour séduire les dirigeants des grosses équipes chinoises, et pour leur arracher une grosse somme. Et malgré son passage en demi-teinte à l’Inter Milan et les moqueries des supporters de la Juventus, le milieu de terrain reste un bon joueur, de classe. Dans un championnat plus faible que la Serie A, il aurait tout le loisir pour faire admirer son talent et se lever les foules.

Mati Fernandez/20 millions

Un des joueurs les plus sexy à voir jouer lors de ses premières années à la Fiorentina avec Borja Valero, Badelj ou Claudio Pizarro, le Chilien est devenu la hantise des supporters de l’AC Milan lorsqu’ils le voient partir à l’échauffement. À 30 ans, pourquoi ne pas tenter une superbe aventure dans un pays qui s’ouvre avec passion au football et, pendant qu’on y est, apporter une jolie somme à la Viola (il n’est que prêté à l’AC Milan) ? La rumeur dit que certains Rossoneri et Florentins envoient son CV traduit en Chinois à toutes les équipes de première et seconde division…

Juan Jesus/15 millions

Les clubs chinois sont friands de Brésiliens. Ça tombe bien, Juan Jesus est sur le marché. Prêté à la Roma, il joue très peu et l’Inter ne souhaite pas spécialement le récupérer. Avec un peu de chances, des recruteurs chinois regarderont plus son profil dans les Football Manager 2012 et 2013 que des cassettes détaillées de ses derniers mois. Et puis, au pire, 15 millions ce n’est pas grand chose pour un latéral brésilien !

Davide Santon/40 millions

Un des très grands espoirs italiens (depuis 10 ans, jamais confirmé et assez décevant). Rapide, plutôt technique, il avait séduit en Angleterre. À tel point que Newcastle l’a prêté avec option d’achat obligatoire à l’Inter Milan, son club formateur, où il fait partie des joueurs de rotation. Un statut qui reste tout de même honorable et qui nécessite, au bas mot, 30 millions d’euros pour être arraché à l’Inter.

Antonio Cassano/40 millions

Un des joueurs italiens les plus talentueux des dix dernières années, et un des plus fous aussi. Parfaitement le genre à vouloir passer ses trois dernières années de sportif de haut niveau à l’autre bout du monde. Ayant quartier libre à la Sampdoria et doté d’une aura rare, il est susceptible de recevoir une offre folle à tout moment. Un salaire de 15 millions par an et 40 millions comme prix d’achat ne semblent pas excessifs et permettraient, enfin, à la Samp de bâtir quelque chose qui ressemble à un projet.

Stevan Jovetic/55 millions

Feu follet à la Fiorentina, son passage en Angleterre semble l’avoir définitivement flingué pour le plus haut niveau. Le potentiel “Messi des Balkans” (surnom inventé à l’instant même) est devenu espoir déchu. Remplaçant à l’Inter Milan, ses entrées ne sont pas décisives et il n’a réussi à convaincre ni De Boer ni Pioli. Alors que son contrat le lie encore 2 ans et demi aux Nerazzurri, des envies d’ailleurs sont compréhensibles. Et pourquoi pas aller claquer des records de buts et dribbler des équipes entières en Chinese Super League plutôt que de décevoir à nouveau dans un autre club italien ? Songes-y, Stevan.

Rodrigo Palacio/30 millions

Quatre ans qu’il trimbale sa tresse de padawan du coté de l’Inter Milan, alors qu’on a l’impression qu’il est là depuis des décennies. Entre bons et loyaux services rendus et fin de cycle (34 ans), il est temps de partir et d’assurer un avenir pérenne à sa famille et à son quartier en Argentine. Alors on prend son courage à deux mains et on commence à liker des posts Twitter de Guangzhou Evergrande ou de Jiangsu Suning et on s’achète la méthode Assimil Espagnol/Chinois plus vite que ça.