Icardi, fucking bomber

Icardi, fucking bomber

2 janvier 2017 0 Par SAMA

À seulement 23 ans, Mauro Icardi porte déjà le brassard de capitaine de l’Inter Milan et amasse les buts. Et qu’importent ses difficultés avec la sélection argentine, avec la Curva Nord ou les insultes de Maradona.

Qui pourra arrêter Icardi ? MARCO BERTORELLO / AFP

Clash avec Maradona

Comme tous les Argentins, Mauro Icardi a la peau dure et la tête solide. Mais depuis trois ans, son cas relève de l’exceptionnel. Barré en sélection argentine (une seule apparition avec le maillot de l’Albiceleste) par Messi, Higuain, Tevez, Di Maria, Dybala ou encore Agüero, le natif de Rosario subit les attaques répétées de la légende absolue : Diego Armando Maradona. Dès qu’il vient en Italie ou se retrouve amené à parler des attaquants de l’Argentine, Maradona en profite pour se payer Mauro Icardi, le traitant de “traître” ou de “lâche” selon son humeur. La cause de cet acharnement ? Le fait qu’Icardi ait “piqué” la femme de Maxi Lopez, son (ancien) ami et partenaire de jeu lorsqu’ils évoluaient à la Sampdoria.

À cela, Icardi répond simplement. Il n’a pas “piqué” sa femme, mais c’est elle qui a pris, seule, sa décision (coucou les machos) de quitter Maxi Lopez et de se mettre avec lui. Et concernant Maradona ? “À chaque fois qu’il parle, il se ridiculise. Il s’agit d’une personne qui ne peut vraiment être un exemple pour personne“. Autant dire que le garçon en a une sacrée paire pour dire cela. Qui imaginerait, toute proportion gardée, Antoine Griezmann cracher sur Zinedine Zidane de la sorte ? À vrai dire, on est plutôt d’accord avec Icardi. Déjà parce que, malgré tout le respect qu’on a pour le Pibe de Oro, son avis sur la vie privée d’une autre personne ne nous intéresse pas et, surtout, parce que la sienne n’est pas forcément un exemple non plus.

 Rupture avec la Curva Nord

Après s’être frotté au gros morceau Maradona à plusieurs reprises, Mauro Icardi a affaire à la Curva Nord de l’Inter Milan en octobre 2016. En cause, la sortie de la biographie du joueur (oui, une biographie à 23 ans), dans laquelle Icardi raconte un événement datant de 2015. À l’époque, l’Argentin offre en fin de match son maillot à un enfant qu’un tifoso lui vole et lance sur le terrain en insultant copieusement Icardi avec quelques autres supporters. Fou de rage, le joueur explique que sur le moment, il aurait pensé “ramener une centaine de criminels argentins pour tous les tuer“. Dès la publication du livre, la Curva Nord crie au scandale, traite Icardi, capitaine de l’Inter Milan depuis plusieurs mois, de “sale mercenaire prêt à raconter n’importe quoi pour vendre plus, tout sauf un capitaine, une véritable merde“.

Pendant quelques jours, la situation semble irrécupérable et certains évoquent déjà un transfert d’Icardi dès le mercato d’hiver. On annonce Naples prêt à dégainer plusieurs dizaines de millions pour le recruter, tout comme Arsenal. Et puis après une justification hasardeuse du joueur, de timides sanctions de la part de la direction et malgré un pénalty manqué par Icardi, les choses reprennent tout doucement leur place. La grande majorité des tifosi de l’Inter oublient l’incident et l’attaquant retrouve le chemin des filets.

Responsabiliquoi ?

Oui, Icardi a une vie privée mouvementée et oui, les propos de sa biographie sont déplacés et malheureux. Ceux d’un gamin de 23 ans au caractère un peu sanguin. Et alors ? Icardi, c’est surtout un joueur d’expérience qui a l’habitude d’être capitaine à seulement 23 ans. Icardi, c’est une moyenne de 0,5 buts par matchs depuis ses débuts en Serie A. Enfin, Icardi c’est un des attaquants les plus prometteurs et les plus complets du monde. Tout ce dont l’Inter Milan a besoin pour retrouver les sommets.

Arrivé en 2013 à l’Inter après avoir été formé au Barça et deux saisons à la Sampdoria, Mauro Icardi a deux responsabilités à assumer. Son statut de grand espoir et sa nationalité argentine. Et oui, car entre les Cambiasso, Zanetti, Milito, Angelillo, Samuel, Passarella, Simeone ou encore Crespo, les représentants de l’Albiceleste ont rarement déçu chez les nerrazzuri. 128 matchs plus tard, plus personne ne se pose de question. Icardi a marqué 68 buts,  terminé co-meilleur buteur du championnat en 2015 avec Luca Toni, été promu capitaine et a pris les clés de l’attaque intériste.

Fucking bomber

Ce qui impressionne chez Icardi, c’est à quel point il est complet, à seulement 23 ans. Malgré son 1m81 et sa carrure modeste, l’Argentin fait déjà figure de terrible renard des surfaces. Avec sa vitesse et sa technique, il est aussi capable de  déboulés fous entre les lignes adverses, clouant ses opposants sur place. Mais porté par son sens du but et son jeu de corps, il est aussi devenu le roi des 16 derniers mètres. Son jeu de tête est digne des meilleurs, son pied gauche rivalise avec son pied droit et frapper en une touche de balle est une de ses spécialités, tout comme lâcher de lourdes frappes hors de la surface.

Plus fort encore, Icardi sait peser sur la défense, temporiser le jeu et faire jouer ses coéquipiers. Avec Perisic et Candreva, il forme cette année un trio offensif de top niveau et culmine à mi-saison à 14 buts en Serie A, déjà. Aucun doute qu’avec un peu de stabilité, Pioli aux commandes et un ou eux renforts, cette Inter peut rêver d’une seconde partie de saison folle en accrochant l’Europe et d’un retour définitif aux affaires en 2017-2018. Menée par un Icardi incontesté et incontestable.

@nicolas_basse