Philippe Genin : “la Serie A sous-cotée, ça me gonfle !”

Philippe Genin : “la Serie A sous-cotée, ça me gonfle !”

24 mai 2016 1 Par SAMA

Dans le paysage médiatique français, c’est la voix de la Serie A. Un des rares à ne pas raconter n’importe quoi sur le calcio. Un des rares à aimer autant ce championnat. À un mois de l’Euro 2016, Philippe Genin nous parle de la saison écoulée, de sa vision de la Serie A et des chances de l’Italie cet été.

Panoramic

Copyright Panoramic

Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai un parcours professionnel assez classique. Mes débuts datent de 1993 à la télé, chez Canal +, soit un mois avant Francesco Totti. Il m’a fallu 1 an et demi avant de commenter un match, ce qui était plus compliqué à l’époque, vu le peu de médias sportifs. Je suis resté 17 ans sur la chaîne cryptée avant de me retrouver dans l’aventure beIN depuis un peu plus de 4 ans.

Vous êtes-vous mis à la Serie A par hasard ?

Non, j’ai mis un regard dès gamin sur ce championnat quand Platini a signé à la Juventus, parce que j’étais un fan de Saint-Étienne. Comme tout gamin qui se respecte, j’ai suivi mon idole via les journaux puisqu’à l’époque il n’y avait pas de retransmissions comme aujourd’hui. À Canal j’ai fait beaucoup d’Angleterre et d’Espagne, c’était dur d’arriver à la Serie A. Et puis, en 1996, j’ai suivi pendant deux mois le Milan AC qui pouvait être champion à chaque journée mais n’y arrivait pas, jusqu’à un certain Milan-Fiorentina. Cela a été mon véritable démarrage avec l’interview de Capello, Desailly…

Qu’y a-t-il de spécial dans le championnat italien ?

Certains vont dire qu’il n’y a plus de qualité dans la Botte. Je vais encore me répéter mais je dois re-dire que ceux qui en parlent mal sont ceux qui ne regardent pas ce football. Certes, le calcio a perdu un peu de la saveur qu’on a pu connaitre avec les Milan, Juve, Inter sur le toit de l’Europe. Tout ça est dû à l’énorme crise économique qu’a connue l’Italie. L’équivalent du CAC 40 en Italie a fait faillite, un paquet de joueurs est parti, il y a eu une certaine désaffection du public avec le départ des stars mais depuis 4 ans le football italien est sur une pente ascendante, avec une moyenne de 27 buts par journée depuis 3 saisons globalement et de la qualité. Il y a des joueurs avec un certain bagage qui sont revenus, et même si certains diront qu’ils sont en fin de carrière, je leur réponds que j’aimerais bien avoir la même fin de carrière qu’eux ! Et puis surtout il y a beaucoup de jeunes. Rien qu’à la Juventus : Dybala qui explose, Pogba pour la France, Lemina qui vient de signer définitivement… J’en passe et des meilleures ! Ca reprend forme. La saison passée il y avait deux clubs semi-finalistes de l’Europa League, Naples et la Fiorentina et la Juventus en finale de la LDC ! C’est un bon signe.

Pensez-vous que “l’affaire” Totti-Spalletti a été gonflée en Italie ?

Forcément, dès qu’on touche à Rome, c’est spécial. Il y a douze radios qui parlent de la Roma toute la journée, ça tire dans tous les sens, et puis Totti c’est une icône. On ne touche pas à Totti !

En avez-vous marre que la Serie A soit sous-cotée en France ?

Oui ça finit vraiment par me gonfler ! Par me fatiguer sérieusement ! C’est un phénomène de mode : on adule l’Angleterre et on critique l’Italie. Moi, quand je regarde la Premier League, je vois du bon mais aussi du très très mauvais. Quand on voit les joueurs de seconde zone qu’on va chercher pour construire des groupes là-bas, ça fait peur. Tous les jours, on ouvre le journal et c’est une critique sur la Serie A… Du coup, même les gens qui ne la  regardent pas vont venir me voir et me dire “c’est mauvais”. Mais vous regardez les amis ? Non. Moi je m’intéresse à tous les football. La Serie A est mon championnat mais je suis l’Allemagne, l’Espagne, l’Angleterre et grâce à internet je garde un œil ce qui se passe en Grèce, en République Tchèque… Il faut être curieux et ne pas se contenter de ce qu’on lit.

Êtes-vous d’accord pour dire que si le jeu de l’Atletico était pratiqué par une équipe italienne, on crierait au scandale ?

Complètement ! Aujourd’hui, quelqu’un qui regarde un match italien n’arrive pas à l’analyser et va dire “catenaccio”. Il va voir un 0-0 ou un 1-0 en Coupe d’Europe et pour lui ça sera catenaccio. Ce qui est complètement faux. La nouvelle génération d’entraîneurs propose autre chose. Ça a commencé avec Ancelotti à Milan et aujourd’hui on a des Montella, des Donadoni, qui pourtant ont eu une culture sévère, avec une rigueur défensive, mais ça joue vers l’avant !

Avez-vous une équipe de cœur en Italie ?

Tout le monde pense que je suis supporter de la Juve, alors que mon équipe c’est l’AC Milan. Ce qui prouve bien que je suis objectif, contrairement à ce que certains disent sur les réseaux sociaux. Maintenant, on ne peut pas ne pas être amoureux de la Juventus parce que quand on aime le football, on regarde ce club et on aime : il y a des grands joueurs, ça joue bien au football, ça procure du plaisir.

Un mot sur la Juventus 2015-2016 ?

C’est le plus beau titre des 5 de ce groupe-là. Quand on revient le soir du 28 octobre, avec 11 points de retard sur le leader, la Roma, je me dis que tout ce qu’ils ont pris sur la tête : Allegri qui devait être débarqué, Mandzukic qui ne mettait pas un pied devant l’autre, Dybala qu’on voyait peu, des cadres soit-disant vieillissants, des focus sur Tevez et Pirlo partis… Au final, 28 matchs sans défaite, ils sont champions et tous les joueurs décriés sont au top au printemps. C’est ce qu’on demande à un groupe. Et puis Allegri a montré qu’il pouvait faire une super deuxième année, après cinq mois compliqués pendant lesquels il a fallu digérer des départs, des arrivées, une saison terminée sur une défaite en finale de LDC… Il prouve que c’est un entraîneur qui mène bien ses troupes.

Comment voyez-vous le futur de l’AC Milan ?

Le projet de stade, on ne sait pas où il en est. Il y a encore des soucis mais ça finira par voir le jour. L’Italie commence à se mettre en route sur ça, avec la Juventus en leader, l’Udinese et son Dacia Arena… La Roma devrait se mettre en marche très vite, Florence a eu son autorisation, à Naples, le président De Laurentis commence à gronder parce que le San Paolo est un endroit mythique mais qui tombe en ruine… On va voir. Le championnat italien fait sa révolution. En ce qui concerne Milan, c’est plus compliqué avec Berlusconi. Un coup il vend, un coup il ne vend plus… Pourtant, il est très urgent que ce club retrouve une structure et une âme. Pour moi, il faut faire appel à Paolo Maldini, à des gens qui ont grandi avec le club et qui sont leur âme. L’identité est plus forte que l’argent, parce que si on fait des choses avec l’argent, ce n’est pas avec ça qu’on va gagner la LDC demain matin. Faut pas rêver. Ça serait trop facile.

Que pensez-vous des chances de l’Italie à l’Euro ?

Comme sur toutes les grandes compétitions, on ne l’annonce pas favorite et elle peut être dans le dernier carré. L’Italie est en difficulté parce qu’elle n’a pas de véritable buteur. Je ne suis pas inquiet défensivement ni au milieu, mais devant c’est dur. Par le passé, il y a souvent eu un buteur qui arrivait pour la compétition et sauvait l’équipe. Là, on verra. De toute façon, ils sont capables de se transcender dès qu’il y a de l’opposition et de l’enjeu.

Que peut-on souhaiter pour la saison à venir pour le football italien ?

Déjà, qu’on en parle. En bien, en mal, le championnat n’est plus ignoré. J’espère vraiment que la Juventus pourra conserver Pogba, pour garder ce coté français là-bas. J’aimerais du fond du cœur que Rudi Garcia signe dans un club et pourquoi pas au Milan AC, comme on l’entend ces temps-ci, pour montrer que les français réussissent de belles choses. Enfin, pour l’image internationale, qu’on retrouve ce qu’on a vu l’année dernière avec un club dans le dernier carré de la LDC, voire en finale et voire vainqueur. À un moment donné, ça va tourner. L’Italie a connu le bonheur d’être sur le toit de l’Europe pendant de nombreuses saisons, aujourd’hui c’est l’Espagne mais un jour la roue tourne, donc on espère que cela sera le plus vite possible !

beIN Sport est diffuseur de la Serie A et retransmettra également des matchs de l’Euro 2016.

@nicolas_basse