Les maux de la Lazio

20 mars 2016 0 Par SAMA
Biglia, capitaine d'une Lazio en déroute - Bruno/Getty Images

Biglia, capitaine d’une Lazio en déroute – Bruno/Getty Images

 

Dans une poussée de fièvre nocturne, le rédacteur en chef de sofoot.com Eric Maggiori s’est lâché sur son club de coeur, la Lazio. Nous publions son humeur brûlante (et nous compatissons).

Il est 20h52 lorsque Ruddy Buquet souffle trois fois dans son sifflet. Trois coups de clairon, un pour chaque but, et ce sont des milliers de sifflets qui s’élèvent alors des travées du stadio Olimpico. La Lazio vient de se faire humilier à domicile, 3-0, par le Bayern Munich. Ah non, mince, par le Sparta Prague. L’actuel deuxième du championnat tchèque. Les sifflets sont assourdissants. Personne n’est épargné. Il y en a pour les joueurs, qui fuient lâchement au vestiaire. Seuls cinq d’entre eux ont le courage de rester sur la pelouse. « Quand nous gagnons, nous restons tous pour recevoir les applaudissements. Quand nous perdons, cela doit être la même chose : nous devons tous rester pour recevoir les sifflets. Là, beaucoup ont fui dans les vestiaires, ce n’est pas normal » déplore Senad Lulic en zone mixte. Preuve aussi d’une vraie fracture au sein du vestiaire.

Les mots de Lotito

 Bruno/Getty Images

Les joueurs du Sparta fêtent leur victoire Bruno/Getty Images

Des sifflets, il y en a aussi pour le coach, Stefano Pioli. Héros l’an passé, l’ancien de Bologne a désormais utilisé tout son crédit. Il est en confusion tactique depuis le mois d’août, ne parvient jamais à lire un match, et la débâcle de ce jeudi soir, avec des choix tactiques incompréhensibles, est la cerise sur le gâteau. Enfin, des sifflets, il y en a évidemment pour l’état major, Claudio Lotito et son bras droit Igli Tare. Les premiers à venir fanfaronner quand la Lazio obtient une victoire en championnat (après celle du week-end dernier contre la Juventus, ah non, mince, contre l’Atalanta, Lotito a carrément publié un communiqué officiel vantant les mérites de son équipe qui « donnera du fil à retordre à tous ses adversaires »), mais toujours les plus muets après une défaite. Jamais une prise de parole, jamais d’excuses, jamais de mea culpa. Rien. Le silence. L’ignorance. C’est encore pire que tout, et c’est devenu insoutenable pour les supporters laziali, qui ont la ferme impression que Lotito leur a « volé » leur Lazio.

Ce jeudi, en sortant du stade, ce n’était plus de la colère qui animait les fans biancocelesti, mais de la résignation. La résignation de ceux qui savent que cette énième humiliation, cet énième cauchemar, ne changera rien et n’aura aucune influence positive sur la suite. Car ils ont déjà eu douze ans pour se faire une raison : Claudio Lotito n’apprend pas de ses erreurs. Jamais. La défaite concédée face au Sparta Prague, ce jeudi, n’a finalement rien de surprenant. Car elle a déjà existé. Contrairement à Aurelio De Laurentiis, Claudio Lotito ne vient pas de l’industrie du cinéma. Pourtant, sa présidence, débutée en 2004, ressemble fortement à une saga dont tous les épisodes se ressemblent et se terminent de la même façon. Le premier épisode a connu son apogée en mai 2007, lorsque l’équipe entraînée par Delio Rossi parvient à se qualifier pour la Ligue des Champions. Les supporters se prennent à rêver. Mais comme renforts du standing Ligue des Champions, Lotito leur offre Mourad Meghni, Lionel Scaloni et Ivan Artipoli. OK. Et le 28 novembre 2007, alors qu’elle est en passe de se qualifier pour les huitièmes de finale de C1, la Lazio se fait battre à domicile par l’Olympiakos, et est éliminée.

Deux pas en avant, deux pas en arrière

Claudio Lotito- Bellini/Getty Images

Claudio Lotito- Bellini/Getty Images

Une gifle. La première vraie gifle de l’ère Lotito. Mais une gifle qui va devenir une habitude, un refrain. Dans le deuxième épisode de la saga, le point culminant est la victoire en finale de Coupe d’Italie contre la Sampdoria. L’aventure en Europa League qui s’ensuit se terminera par des défaites, toujours à domicile, contre le RB Salzburg et le Levski Sofia. Troisième épisode, certainement le plus beau, en mai 2013, avec la victoire en finale de Coupe d’Italie contre la Roma. Une victoire historique, qui a plongé la Rome laziale dans une euphorie folle pendant tout l’été. Lotito n’avait qu’à se baisser pour ramasser les lauriers et surfer sur ce succès. Rien du tout. Il recrute Brayan Perea (oui oui, le mec de Troyes), Vinicus (qui n’a jamais joué avec l’équipe pro) et Lucas Biglia (seule bonne recrue, mais au seul poste où la Lazio n’avait pas besoin de renforts). L’euphorie retombe, le stade se vide à nouveau, et l’aventure en C3 s’achève par une défaite à domicile 1-0 contre Ludogorets (suivi d’un nul 3-3 au retour).

Et le quatrième épisode, dont l’épilogue a eu lieu ce jeudi soir, avait connu son apogée lors de la folle soirée du San Paolo, avec cette victoire 4-2 contre le Napoli. Olympiakos, Salzburg, Levski Sofia, Ludogorets, Sparta Prague. Cinq équipes modestes, qui sont toutes reparties du stadio Olimpico avec une victoire. Preuve, s’il en fallait encore une, que le projet de Lotito est inexistant. Son équipe n’avance pas. Les joueurs changent, les entraîneurs aussi, mais rien ne bouge. Pour un pas en avant, la Lazio en fait ensuite deux en arrière, puis trois avant et encore deux en arrière. Résultat, elle fait du surplace depuis douze ans. Or, Lotito n’a pratiquement plus aucun soutien. Les tifosi sont désormais presque tous contre lui, et on ne parle plus seulement des ultràs, à qui il a mené une guerre depuis son intronisation. Non, jeudi soir, dans les gradins, il y avait des familles, des grands-pères qui ont connu le Scudetto 74, la Lazio del -9, la Serie B, des enfants, des mamans, et tous en chœur, ils chantaient « Lotito pezzo di merda ».

Remember Cragnotti…

Il y en aura peut-être encore quelques uns pour donner les deux derniers contre-arguments : 1- depuis l’arrivée de Lotito, la Lazio a gagné autant de trophées (trois) qu’une Roma qui a pourtant dépensé des millions grâce à des investisseurs étrangers. D’accord, mais est-ce vraiment la bonne solution de toujours se comparer à la Roma, bien connue pour être le Raymond Poulidor du foot italien ? D’autant que sans des Inter et des Juventus stratosphériques, elle compterait probablement deux ou trois Scudetti de plus dans sa vitrine. 2- Grâce à Lotito, les comptes sont sains alors que la dette du club était colossale à son arrivée. D’accord. C’est vrai que Lotito est un bon gestionnaire. Mais est-ce vraiment uniquement ce que l’on demande au président d’un club de foot ? Quel supporter au monde sera heureux d’avoir gagné le titre du « compte le plus sain » ? Non, le supporter veut rêver, il veut gagner des titres, vibrer, s’enthousiasmer.

Sergio Cragnotti, Simeone et Nesta en 2000... Une autre époque - Bellini/Getty Images

Sergio Cragnotti, Simeone et Nesta en 2000… Une autre époque – Bellini/Getty Images

Tous les tifosi laziali, ces jours-ci surtout, sont pris d’une forte nostalgie lorsqu’ils repensent à la période 1997-2001. Epoque où la Lazio pouvait regarder Manchester United dans les yeux et l’abattre d’un coup de fusil de Marcelo Salas. Époque où chaque été, des Mihajlovic, Stankovic, Vieri, Conceiçao, Veron, Simeone, Crespo, Claudio Lopez, Peruzzi débarquaient au club. Le stade était plein, les gens étaient heureux. Et pourtant, Sergio Cragnotti a fait n’importe quoi financièrement parlant, et a bien failli faire couler le club. Mais aujourd’hui, qui lui en veut ? Personne. Car Cragnotti s’était juré de faire de la Lazio le meilleur club italien. Et pendant quelques années, malgré une concurrence dingue à l’époque, il a tenu ses promesses. Tout l’inverse de Lotito.

Par tous les moyens

Le pire, dans cette histoire, c’est probablement l’arrogance avec laquelle le président de la Lazio répond à tout cela. Quand, il y a deux ans, 55 000 spectateurs s’étaient pointés au stadio Olimpico pour un match contre Sassuolo, brandissant tous dans la main une pancarte « Libère la Lazio », Lotito avait répondu : « la Lazio est à moi, et je la lèguerai à mon fils ». Slogan immédiatement repris par la Curva Nord, qui, dès le match suivant, avait répondu par une banderole : « La Lazio est notre patrie, nous la léguerons à nos fils ». Sauf que ces supporters semblent avoir perdu patience.

Aujourd’hui, ils sont nombreux à n’avoir qu’une idée en tête : faire tomber Lotito de son trône. Et tous les moyens sont bons : déserter le stade, d’abord. Les affluences des derniers matchs à domicile le prouvent : Lazio-Atalanta, 16 000 spectateurs, Lazio-Sassuolo, 13 000, Lazio-Hellas, 16 000. Tiens, allez, au pif, un match lambda en 1999 : Lazio-Bologne, 68 000 spectateurs… Le but : ne pas donner d’argent à Lotito en achetant des billets et ainsi le forcer à partir. À Rome, certains affirment même que les chants racistes envers Kalidou Koulibaly, qui ont tant fait parler, avaient en réalité comme unique but de faire suspendre le stadio Olimpico et ainsi faire perdre un maximum d’argent à Lotito… Mais à priori, il en faudra plus pour faire déguerpir le bonhomme, qui semble parfaitement à son aise dans sa tribune présidentielle. Et qui continue de clamer haut et fort que la Lazio n’a pas les moyens de faire des folies sur le marché des transferts, alors que parallèlement, il se prive volontairement d’un sponsor sur le maillot laziale depuis huit ans (soit, pour un contrat « normal » à quelque 5 millions d’euros, une perte d’environ 40 millions d’euros, déjà).

Dignité

Dans tout ce marasme, accuser les joueurs et l’entraîneur serait presque paradoxal. Pioli n’a jamais été génie. Il a entraîné Bologne, pas la Juve ou le Milan, et n’a jamais rien gagné. L’an passé, il a profité d’une période de grâce de certains joueurs (Felipe Anderson, Biglia, Parolo, Mauri, De Vrij) pour créer une magnifique dynamique et faire pratiquer un très beau jeu à son équipe. Il faut souligner aussi que la Lazio ne disputait pas de compétition européenne, ce qui lui permettait d’être à 100% sur la Serie A. Mais dès cet été, on a bien senti que Pioli perdait les pédales. Il n’a ni été aidé par les blessures (celle de De Vrij, surtout), ni par le mercato misérable réalisé par ses dirigeants (mais n’avait-il pas son mot à dire?).

Mauri, Bisevac, Hoedt, Konko, Klose, Marchetti, Lulic, Parolo, Candreva, Keita, Biglia Bruno/Getty Images

L’équipe de la Lazio contre le Sparta Prague (de gauche à droite et de haut en bas) : Mauri, Bisevac, Hoedt, Konko, Klose, Marchetti, Lulic, Parolo, Candreva, Keita, Biglia
Bruno/Getty Images

Mais ses choix tactiques ont de quoi laisser perplexe. Comme ces deux stats folles : cette saison, la Lazio a encaissé 25,3% de ses buts dans le premier quart d’heure, et a concédé l’ouverture du score dans 50% des matchs qu’elle a disputés. Pioli n’a plus la main-mise sur son vestiaire, et le concède lui-même : « Je pensais avoir fait comprendre aux garçons qu’il fallait jouer pour l’équipe et non pas chacun pour soi. J’ai mal du me faire comprendre » a-t-il pratiquement répété après chaque défaite cette saison. Et les joueurs ? Toujours le même débat : faut-il critiquer les joueurs ou ceux qui les ont recruté ? Un exemple : Wesley Hoedt, jeune défenseur néerlandais arrivé cet été, était censé parfaire son apprentissage aux côtés de Stefan De Vrij. Au final, il se retrouve titulaire aux côtés de Mauricio et Bisevac, deux joueurs qui, de l’avis de beaucoup, forment la pire défense centrale de Serie A.

D’autres joueurs se sont métamorphosés en quelques mois : Marco Parolo, Stefano Mauri, Felipe Anderson sont tous l’ombre des magnifiques footballeurs qu’ils ont été l’an passé. Depuis le début de la saison ils n’ont pratiquement offert aucun match référence (allez, peut-être la victoire à San Siro face à l’Inter ? Merci Felipe Melo), avec un niveau de jeu très souvent proche du lamentable (cf les 0-0 à répétition contre le Genoa, l’Udinese, Carpi ou Frosinone). Si aujourd’hui, il fallait se demander quels joueurs garder pour construire la Lazio de demain, les noms se compteraient sur les doigts d’un main. Et si l’on se demandait quels joueurs de la Lazio actuelle serait titulaire dans la Lazio de 1998-2001, la réponse serait claire : aucun. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que pour construire la Lazio de demain, il ne faut plus Claudio Lotito. Les Laziali veulent retrouver leur dignité, leurs rêves, leur gloire. Des concepts que leur actuel président n’est pas, et n’a jamais été, en mesure de leur offrir.

@ericmaggiori