Lettre ouverte à Christophe Dugarry

Lettre ouverte à Christophe Dugarry

17 février 2016 65 Par SAMA

Commentateur d’AS Roma-Real Madrid sur Canal+ avec Stéphane Guy,  l’ancien Bleu n’a cessé de distiller phrases méprisantes, pleines de clichés et d’une ignorance crasse à l’encontre de l’équipe Romaine. Les connaisseurs ont été choqués. Nous aussi. Nous lui écrivons.

Cher Christophe Dugarry,

Contrairement à d’autres, nous ne parlerons pas de votre carrière que nous respectons. C’est au commentateur de Canal+ que nous nous adressons. Ce soir (17 février 2016), vous avez fait vivre la rencontre AS Roma-Real Madrid et disons-le, c’était une honte. Journalistique et footballistique.

Vous avez dit : “La Roma est peu agressive, laisse venir, ils pourraient faire plus”. N’êtes-vous pas au courant que la Roma est aujourd’hui une petite équipe Européenne, qui vient de changer d’entraîneur, dont l’atout est le contre ? Qu’elle n’est pas de taille à lutter par la possession face au Real Madrid, un des favoris pour la Ligue des Champions ?

Et puis vous avez poursuivi. Vous avez dit : “ils ne balancent que des longs ballons”. “Ce n’est pas spectaculaire, c’est pour ça que je ne regarde pas la Serie A, je ne peux pas”. Cela se voit très bien, tant votre ignorance confirme vos propos. Si vous suiviez ce championnat, qui fut le meilleur au monde de la fin des années 1980 au milieu des années 2000 et qui permit à la France de gagner la Coupe du Monde 1998, vous sauriez que depuis 2013 la Serie A est toujours dans le top 3 des championnats qui marquent le plus de buts. D’ailleurs, avez-vous entendu parler de Naples et son attaque de feu ? Empoli et son style léché ? Sassuolo et ses contres de folie ? Et oui ! Même les petites équipes jouent bien ! On gagne de plus en plus par le jeu en Italie. Mais tout cela vous est étranger.

Ne vous inquiétez pas, Monsieur Dugarry, ce n’est pas une attaque personnelle. Vous n’êtes que le reflet d’une presse sportive française qui se prétend experte et se permet de donner des avis tranchés sur l’Italie sans avoir regardé sérieusement le Calcio depuis des années. Cette France qui pense que Calcio est synonyme de catenaccio et de simulation. Ces journalistes dont le repère et le modèle n’est plus que la Premier League diffusée par votre antenne avec ses matchs certes fous et intense, mais aussi avec ses quelques tacles glissés dans le vide, pas mal de courses follement inutiles, des défenses parfois dignes de Ligue 2, dont le succès en Europe moindre ces dernières années et dont le niveau n’est pas forcément meilleur que la Serie A. … Petite pensée d’ailleurs à Claudio Ranieri qui donne une leçon d’Italien aux Anglais avec une équipe juste moyenne mais un grand savoir tactique.

Tiens, vous venez de dire “maintenant, la Roma doit créer du jeu, et cela ils en sont incapables, ils n’ont pas les qualités pour” et vous n’avez cessé de ponctuer de “holala” affligés chaque attaque ratée de la Roma. Si vous suiviez cette équipe, ce que vous avez précisé ne pas faire, vous sauriez que depuis la venue de Rudi Garcia la Roma a produit par intermittence un des plus beaux jeux d’Europe.

Le match n’est pas encore fini que c’en est assez. Si vous préférez rester devant des matchs de Ligue 1 souvent peu spectaculaires et vos Newcastle-Aston Villa sans tactique de haute volée ni grande qualité, ne vous gênez pas. Restez dans votre cœur de métier, ne vous fatiguez pas à vous intéresser un tant soit peu à autre chose.

Nous vous demandons une seule chose. Que vous ayez un ton tranchant et des avis secs, aucun problème. Mais, par respect pour l’Italie, ses clubs, son histoire magnifique et plus largement pour le football en général, ne commentez plus jamais des équipes que vous ne connaissez pas, dont le contexte et le championnat vous sont inconnus et que vous haïssez sourdement. Et, par-dessus tout, demandez à votre employeur de choisir quelqu’un de compétent pour commenter les rares matchs de prestige qui lui restent.

Cordialement,

@nicolas_basse

N. B. Il s’agit d’une lettre écrite à chaud et publiée avant même la fin du match. Loin de moi l’idée de critiquer la Ligue 1 et la Premier League que je regarde aussi avec plaisir tous les weekends depuis des années. Cette lettre n’est qu’une critique de l’ignorance de la presse sportive française en général sur la Serie A, symboliseé par Christophe Dugarry lors de ce match. Enfin, je ne cautionne pas les quelques attaques basses envers l’ancien joueur et désormais commentateur qui accompagnent cette lettre.