Atalanta Bergame-AS Roma vu du stade

Atalanta Bergame-AS Roma vu du stade

11 mai 2016 2 Par SAMA

Après notre soirée intériste, nous avons dès le lendemain midi été à nouveau au stade. Cette fois, à Bergame, pour assister à la rencontre Atalanta-AS Roma. Voici ce que nous avons vu… (Photos Nicolas Basse)

Quittant la ville en direction du stade, un petit regard en arrière pour voir la “Città Alta” de Bergame, vieux centre historique dressé sur une colline entourée de champs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant la grosse demi-heure qui sépare les hauteurs bergamasques du stadio Atleti Azzurri d’Italia, de vieilles maisons, des jardins luxuriants. Une certaine idée de la richesse du nord de l’Italie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De l’extérieur, le stade est tellement gris et moche qu’on ne l’a même pas pris en photo. Par contre, ses entrées sont constellées de graffiti en l’honneur du club et de ses ultras. Les supporters de l’Atalanta sont si fidèles qu’ils ont gagné le respect de la Botte toute entière et que le club a décidé de ne plus attribuer le numéro 12 (pour le douzième homme) en leur honneur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Finalement, le stade a une façade digne d’être regardée : son ancienne entrée principale, avec sa statue et sa porte majestueuses. Malheureusement, les spectateurs ne rentrent plus par là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sans surprise les sièges des tribunes couvertes sont noirs et bleus, à l’image des couleurs du club. Quant aux virages, pas de places assises. Simplement de géantes marches sur lesquelles les tifosi se tiennent debout de la 1ère à la 90ème minute.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus d’une heure avant le coup d’envoi, certains sont déjà en place pour potasser les différents journaux consacrés à la rencontre. La concentration est extrême.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous aussi sommes en possession du “Bergamo Sport”. Les premiers articles sont classiques : compositions, rapports d’entraînement, état des deux clubs, point sur la fin de saison.

IMG_1436

C’est page 8 qu’un titre nous interpelle : “La meilleure attaque ? La défense”. Une maxime qui aurait de quoi en faire crier plus d’un. Nous, on apprécie et on acquiesce silencieusement. Diego Simeone approves this.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les joueurs rentrent sur le terrain et les supporters enflamment le stade. Chants, fumigènes, danses, tout y passe malgré la pluie battante.

IMG_1438

Tout est prévu. En plus des cirés et k-way de circonstance -évidemment aux couleurs du club- ils sont nombreux à avoir ramené des parapluies.

IMG_1440

À la mi-temps le score s’élève déjà à 2-2. Visiblement, le spectacle et le fait que l’Atalanta soit revenue de 0-2 ne convient pas à tout le monde, comme ce supporter qui harangue d’un air atterré ses voisins avec l’exclamation : “Ma che difesa !” (mais cette défense…).

IMG_1446

Après que Borriello donne l’avantage à l’Atalanta en début de seconde période, le rythme ralentit. Au fil des minutes, les locaux commencent à y croire. Battre une Roma en pleine bourre. Seulement voilà, Francesco Totti rentre à la 80ème minute. Une entrée que les supporters, autant de mauvaise foi que conscients du danger, sifflent abondamment. Les huées n’y feront rien. Cinq minutes plus tard, la légende romaine marque et clôt un match fou.

FullSizeRender (3)

Entre déception de dernière minute et satisfaction d’un résultat tout de même honorable, les Bergamasques quittent l’enceinte et commencent déjà à refaire le match. “Ha, si le chameau Borriello n’avait pas loupé son contrôle à la 56ème…”, “et cette trompette de Sportiello qui n’est pas capable d’arrêter une frappe aussi lente, franchement”… “N’empêche, se prendre un but de Totti, c’est pas si mal”.